Ma prise de conscience

L'hypoglycémie m'a sauvé la vie - Défi Sucres
L’hypoglycémie m’a sauvé la vie
10 novembre 2016
feuille de route défi sucres sem.1
Feuille de route
3 janvier 2017

Ma prise de conscience

Défi Sucres - 2017

Je me souviens de la première fois quand je me suis rendue compte de mes troubles alimentaires. Au cours d’une formation de Brigitte Fichaux, après avoir BIEN mangé, on s’est installé pour la partie théorique du cours. Une immense nervosité m’a envahi. Il me fallait quelque chose. De préférence quelque chose comme le chocolat. Alors, en plein cours je me suis mise à fouiller dans les placard de la cuisine d’apprentissage, à la recherche de quelque chose qui pouvait assouvir mon besoin urgent. C’est juste après avoir trouvé et mangé des sucreries que j’ai été en mesure de me rasseoir, sous le regard bienveillant de ma formatrice et de mes camarades perplexes et de continuer à écouter le cours.

Bien sûr, il y avait des signes précurseurs, mais je ne voulais pas les voir :Défi Sucres - 2017

  • J’étais prête à faire des kilomètres pour acheter un aliment donné quand j’en avais envie
  • Je pouvais manger n’importe quelle quantité de financiers de mon amie Rozenn
  • Je grignotais toute la journée
  • Je me lançais dans des préparations culinaires même quand je n’avais pas le temps
  • Je faisais un gâteau pratiquement chaque jour
  • Même si tout était bio et sain, mon comportement n’était pas normal pour autant. Cet épisode pendant la formation m’a ouvert les yeux.

Pour la partie physique de la désaccoutumance (le sucre est beaucoup plus addictif que n’importe quelle drogue !) c’était « simple » : j’ai suivi un plan de détox sucre pendant 10 jours. Les trois premiers jour je grimpais au rideau, mais après le train était lancé. Mais je me suis vite rendue compte que ce n’était que la partie visible de l’iceberg, demeurait la partie psychique.

Puis je me suis inscrite à une session de pleine conscience  qui s’est étalée pendant trois mois, et j’ai découvert le pouvoir de la présence et de la conscience. Petit à petit, j’ai commencé à creuser le fait de manger en conscience, à appréhender la partie émotionnelle de l’alimentation et du coup à comprendre ce qui se cachait derrière mes besoins impérieux de gâteau ou de chocolat ou d’amande ou de fromage.

J’ai trouvé des trésors dans cette fouille archéologique : j’ai découvert mon fonctionnement, mes croyances, mes peurs. Je vois désormais le lien entre mes émotions et mes envies alimentaires. Et quand aujourd’hui j’ai besoin de chocolat, d’abord, je me pose la question : qu’est-ce qui est présent dans mon corps et dans mon coeur ? En général, je trouve ! Et quand je trouve, je peux répondre à mon véritable besoin, et pas juste l’ « endormir » avec l’aliment-miracle. Bien sûr je ne me prive pas de chocolat, mais je préfère que cela reste un pur plaisir.

J’ai pensé à proposer un Défi Sucres depuis des années : j’observe que beaucoup-beaucoup de personnes ont des vécus similaires. Avec mon expérience personnelle et professionnelle je peux vous aider à emprunter le chemin vers une nouvelle vie moins sucrée mais tout aussi douce, en commençant pianissimo, en faisant ce qu’on appelle des baby steps en anglais.

 

« Le plus grand voyage commence toujours par le premier pas. »
François De La Rochefoucauld

Alors embarquez-vous avec nous en vous inscrivant simplement pour relever un défi par semaine et pour faire le premier pas.

Défi Sucres - le premier pas

Photocredit : Freepik Stockvault